Favoriser la décontextualisation en donnant deux titres aux activités

Influence l'action du prof en classe
2/4
Influence la prépraration des séquences
3/4
Donne lieu à un document élève

En classe on a passé un temps fou à parler du vinaigre et en devoir le prof nous interroge sur totalement autre chose.

 

Le but de l'activité c'était bien de trouver la vitesse du son dans l'air, non ? Je l'ai apprise par coeur et en fait en devoir le prof nous a demandé comment on ferait pour trouver la vitesse du son dans l'eau.

 

 

La contextualisation des situations d'étude est nécessaire car elle permet de donner du sens aux apprentissage et parfois de motiver les élèves. Cependant, si elle n'est pas accompagner d'une phase explicite d'institutionnalisation, elle peut contribuer à masquer les savoirs en jeu et les objectifs d'apprentissage pour lesquelles on a utilisé la situation initiale, inévitablement contextualisée.

La décontextualisation apparait non seulement comme difficile pour certains élèves (en particulier ceux qui ont surinvestit la réalisation de l'activité en se conformant aux tâches prescrites sans se demander pourquoi on leur demande de le réaliser) mais peut aussi être une source d'inégalité scolaire si elle est laissée à la charge des élèves.

Dans les activités proposées aux élèves, il y a ainsi souvent un double enjeu :

  • L’objectif  de résolution (situation-problème ou enjeu de réalisation) permet aux élèves de donner sens à ce qu’ils  s’apprêtent à réaliser dans l’activité.
  • L’objectif d’apprentissage (enjeu d'apprentissage en termes de savoirs) permet de “situer” l’activité par rapport à l'enchaînement des contenus, de donner de la continuité aux apprentissages, en faisant des liens avec les activités précédentes. Cet objectif prend sens en référence aux activités passées et futures et aux notions du programme.

Remarque : L’objectif de savoir de l’activité apparaît parfois dans certains manuels comme « objectif ».

Pour faciliter l'explicitation des savoirs et donc la décontextualisation, nous préconisons de donner deux titres différents à chaque activités, qui reprennent chacun un des objectifs cités précédemment.

Le double titre vise ainsi à permettre aux élèves de distinguer objectif  de résolution (le premier titre) de l'objectif d'apprentissage (le deuxième titre) d’une activité.

Afin que l’élève puisse donner sens à ce qu'il doit réaliser, se motiver ou s'engager dans les tâches dès le début de l'activité, le premier titre est affiché sur l’énoncé. Par contre comme l’élève ne peut donner de la signification à l’objectif de savoir qu’une fois l’activité faite, on préconise l’absence du second titre sur l’énoncé et à sa place, des pointillés. Le "double titre" n'est donc pas donné d'emblée aux élèves en début d'activité. C'est seulement le premier (contextuel) qui l'est. Il parait essentiel de consacrer un peu de temps en classe pour que les élèves proposent, en fin d'activité, une formulation du deuxième titre (qui n'est donc pas fourni dans les fiches élèves de pegase à destination des élèves mais qui l'est dans le document pour le professeur).

Pour engager les élèves dans la réflexion au cours d’une activité, il nous semble essentiel de bien préparer la façon dont la situation d’étude et l’objectif de réalisation - temporaire - qui lui est lié ainsi que l’objectif de savoir de l’activité pour l’apprentissage vont être présentés.

Sans en dire trop, l’enseignant doit veiller à ce que l’objectif de réalisation soit bien compris et partagé par tous. Ceci peut consister par exemple en quelques phrases d’introduction de la situation, ou à préciser le vocabulaire s’il pose problème. Mais il est aussi possible, pour faire le lien avec ce qui précède, avec d’autres chapitres ou même avec ce qui suivra, d’expliquer pourquoi on étudie cette nouvelle situation, de légitimer les questions qu’on se pose au sujet de cette situation. Il s’agit alors d’évoquer (mais le faire avant l’activité n’est pas obligatoire) la fonction pédagogique de cette étude.

Le premier titre prend souvent la forme d’une question ou d’une évocation de la situation d’étude (il reprend l’objectif de réalisation).

Le deuxième titre peut faire l’objet d’une négociation dans la classe lors de l’institutionnalisation avec une contrainte forte : il doit faire référence seulement à des éléments de savoir à apprendre, souvent formulés dans des termes plus théoriques (il reprend l’objectif de savoir). Il faut prévoir un peu de place sous le premier titre  afin que les élèves puissent écrire eux-mêmes ce titre.