SE FORMER
mardi 26 septembre 2017
icar Vesion anglaise

THEME: 

Ressource 2: Conséquences sur la conception et l’analyse des activités

 

Nous pensons que ces tensions entre savoirs « quotidiens » et savoirs scientifiques (dans notre cas physiques et chimiques), sources d’incompréhension entre le professeur et l’élève et donc d’arbitraire et de difficultés d’apprentissage, doivent au moins être interrogées pour concevoir un enseignement. Elles peuvent même être explicitées à l’élève pour qu’il puisse prendre conscience de ses propres apprentissages et du champ de fonctionnement des connaissances à acquérir.

 L’explicitation des différences est en particulier aisée lors de l’introduction en classe et dans un contexte de physique d’un terme déjà utilisé dans la vie quotidienne (poids, énergie, force…). Le décalage entre usage courant et usage en physique peut être une source importante de difficultés.

pour aller plus loin...  

Notre point de vue n'est surtout pas de laisser croire qu'il y a un usage correct et un usage incorrect. L'usage quotidien n'est pas un mauvais usage, sa fonctionnalité en étant la meilleure preuve (si dans la rue je demande ma direction, tout le monde me comprend et pourtant le sens du mot n'est pas le sens scientifique). Nous préférons expliciter à l'élève que, selon le contexte (quotidien ou scientifique), tel usage risque d'être inapproprié.

Ceci impose donc de
 distinguer les différents contextes d’usage et les différents sens selon le contexte (mettre des exemples en hypertexte, type Pierre-élastique, ou accélération…);
 éviter l'ambiguïté au sujet du contexte lorsqu'on pose une question à l'élève (en précisant si on attend une réponse du point de vue de la physique ou du point de vue quotidien) ou assumer l’ambigüité pour en faire un sujet de débat dans la classe ;
 bien préciser le sens dans lequel on utilise le terme lorsqu'on enseigne (même si, petit à petit et plus ou moins rapidement selon les élèves, l’élève comprend qu’en classe de physique, le terme est utilisé avec la signification de la discipline).

Il est donc logique, au regard de cette analyse et des hypothèses que nous avons formulées, d’élaborer en début de chapitre des activités visant à permettre aux élèves d’exprimer spontanément leurs idées sur le sujet d’étude, en prenant éventuellement appui sur quelques situations matérielles classiques. Ceci peut consister simplement en une demande de description avec les mots qu’ils utilisent spontanément, révélateurs de la représentation qu’ils se font de la situation et de la signification des termes qu’ils utilisent.

Ces activités peuvent avoir plusieurs objectifs, non exclusifs :
 permettre à l’élève de prendre conscience de ses idées initiales ;
 prendre appui sur les idées initiales pour construire du savoir en physique ;
 illustrer éventuellement la pertinence du modèle du physicien par rapport aux idées initiales.