SE FORMER
dimanche 19 novembre 2017
icar Vesion anglaise

THEME: 

Ressource 1: Justification et explicitation du choix sur connaissances de la vie quotidienne et physique

 

 En nous appuyant sur les théories actuelles de l’apprentissage posant que l’être humain apprend à partir de ce qu’il sait déjà, nous attachons une importance particulière au savoir que l’élève a forcément construit dans sa vie quotidienne avant même d’entamer tout apprentissage scolaire de la physique et de la chimie.

 La recherche a maintenant produit de nombreux résultats, sur des thèmes d’enseignement variés, au sujet des connaissances construites par les élèves dans leur vie quotidienne (Voir l'axe 5 pour une revue rapide de ces travaux sur quelques sujets d'enseignement classiques). Elle a en particulier montré à quel point les connaissances préalables de chaque élève peuvent entrer en conflit et/ou coexister avec le savoir enseigné, ce qui dans tous les cas génère des productions d’élèves non-conforme à ce que la discipline attend.

L’élève doit apprendre petit à petit à différencier le savoir de la physique et celui qui fonctionne dans la vie quotidienne, pour dans un second temps être capable d’établir des liens entre ces deux types de savoir. (cas de la vitesse, de l’accélération,de l’énergie) Cette préoccupation permet d’aider certains élèves motivés par les sciences, faisant preuve d’intuition ou d’imagination mais incapables de distinguer ce qui relève du sens commun de ce qui relève des sciences. De plus, leur système d’explication étant souvent riche et sans faille manifeste, ils y ont recours de façon spontanée et confiante. Dans le cadre de l’enseignement de la physique, ils passent sans transition d’un système explicatif à l’autre, ce qui produit parfois des réponses formulées en termes scientifiques mais exprimant toujours des idées quotidiennes. Ce manque de rigueur a pour résultat un travail dont la structure ne correspondant pas à celle attendue par l’enseignant.

L’interférence entre les deux types de connaissances, pour problématique qu’elle puisse paraître à l’enseignant, peut pourtant être bénéfique et constructrice de sens si elle prise en charge. Cette interférence peut se faire selon deux modalités différentes :

a) d’une part en termes de vocabulaire commun mais à la signification différente ;
Les termes de la physique sont souvent les mêmes que ceux utilisés dans la vie courante mais leur usage se fait de façon beaucoup plus rigoureuse ou précise en physique.
Le registre scientifique et le registre quotidien sont différents même s’il y a des recouvrements, il suffit de penser aux termes forces, énergie, puissance, chaleur, lumière, qui ont des sens variés dans la vie quotidienne et précis dans la physique enseignée. Même une expression comme « objet matériel » qui désigne des éléments du monde matériel a un sens différent. Un objet dans le sens commun est quelque chose de manipulable, c’est pourquoi la Terre qui peut être un objet au sens de la physique ne l’est pas au sens quotidien.

b) d’autre part en termes de raisonnements intuitifs ou d’idées initiales.
Les idées initiales pouvant s’exprimer classiquement à propos de situations d’étude proposées en physique sont maintenant relativement bien établies et formalisées par la recherche dans de nombreux domaines de la physique. Faciliter l’expression de ces idées et les prendre en compte sera un point plus spécifiquement détaillé dans le 3e pilier.

Précisons que la distinction entre le point a) et le point b) ci-dessus est évidemment simplificatrice puisque que ces deux aspects s’influencent mutuellement. L’usage courant de certains termes construit une signification très consolidée dans la vie de tous les jours, au point d’induire des raisonnements classiques : par exemple l’énergie est quelque chose qui se consomme, qui se produit, dont on peut manquer ; la force est une propriété qu’on attribue à des objets ou plus souvent à des êtres vivants, et qui peut s’épuiser ou augmenter ; le son est quelque chose qui voyage et se répand dans tout l’espace disponible un peu à la manière d’un gaz. Le rôle des métaphores et des analogies est crucial dans cette interaction entre signification quotidienne d’un terme et construction d’idées intuitives permettant des raisonnements parfois élaborés mais incorrects du point de vue scientifique.