SE FORMER
dimanche 19 novembre 2017
icar Vesion anglaise

THEME: Axe 1 - Description du travail, de l'action du professeur et de l'élève (lycée)

Ressource 1: Présentation du fonctionnement global

 
L'enseignement que nous proposons est structuré en activités, insérées dans des chapitres qui reprennent généralement la structure des programmes. La nature des activités proposées peut être très variable. Celles-ci sont plus ou moins longues, plus ou moins « ouvertes », peuvent nécessiter ou non le recours à la manipulation… C’est donc moins la forme des activités proposées aux élèves qui caractérise ce qui suit que la façon dont l’enseignant les met en scène dans la classe et les consignes données aux élèves quant à leur travail en classe.
Les activités en petits groupes permettent :
• le travail autonome des élèves sur des savoirs nouveaux avec l’aide si nécessaire du professeur auprès de certains groupes ;
• une première appropriation par les élèves de ces nouveaux savoirs par la discussion, la manipulation, le lecture de documents.
La mise en commun à la fin des activités permet :
• aux élèves de proposer à l’ensemble de la classe et de débattre ce qu’ils ont élaboré ;
• au professeur de mettre au point et conclure sur le nouveau savoir

Les activités structurent l’enseignement

Au cours des activités proposées, l’enseignant laisse du temps à ses élèves pour travailler de manière autonome à plusieurs (en général en binôme) ; il peut si nécessaire apporter son aide, en particulier lorsque des élèves semblent ne pas comprendre la consigne. Ce choix d’enseignement conduit aussi l’enseignant à instaurer des débats au sein de l'ensemble de la classe puis à mettre au point un savoir finalement partagé par tous et décrivant le point de vue de la physique sur les situations étudiées.
Vidéo 1

Cette structuration de l’enseignement « en activité » modifie évidemment l'articulation traditionnelle entre les "cours" et les "TP". Les séances en classe entière ou en demi-classe continuent souvent de porter ces noms mais c'est dans la nature de ce que font les élèves en cours et en TP que l'articulation change. La séance de TP n'est plus "à côté" du cours (comme vérification d'un résultat de cours ou introduction expérimentale à un nouveau sujet par exemple) mais, du point de vue de l'activité des élèves, elle est de même nature que les séances "de cours". Les deux types de séances s'enchaînent sans qu'il y ait forcément de rupture quant à la nature des connaissances à construire, et les élèves travailleront en petits groupes aussi bien en classe entière qu'en demi-classe. Il est bien évident que les activités à caractère expérimental doivent être réservées aux séances en demi-classe. Les documents d'enseignement que nous proposons sont élaborés de telle façon que les activités à caractère expérimental alternent avec celles ne nécessitant pas de matériel et devant donc se dérouler prioritairement en classe entière. L’enseignant a également tout intérêt à réserver la correction des exercices aux séances en classe entière.
Il est important de noter que l’enseignant doit donner suffisamment d’informations sur sa façon de procéder, en particulier en début d'année, s’il veut que la classe y adhère. Il devra aussi, lors des premières séances, rappeler régulièrement le mode de fonctionnement adopté.
Le mode de fonctionnement exposé ici est un des nombreux modes possibles d’enseignement. Travailler toute l’année par activités peut s’avérer mal adapté à un profil de classe, à un programme très lourd et l’alternance d’un tel enseignement avec quelques cours plus magistraux peut s’avérer nécessaire. Il nous apparait néanmoins important de privilégier l’enseignement par activités afin de favoriser la compréhension des élèves. L’enseignant voulant s’essayer à ce mode de fonctionnement peut par exemple, pour commencer, le mettre en place sur une partie d’un programme (mécanique de seconde par exemple), en gardant cependant à l’esprit que le changement de fonctionnement d’une partie à l’autre peut engendrer quelques difficultés chez les élèves pour organiser leur travail
.

Pour aller plus loin : justifications, avantages  


Activité n° 1: Introduction de la notion d'action.

La question posée Quels sont les objets qui agissent sur une pierre ? amène les élèves à expliciter leur difficulté. Cette question utilise le verbe "agir" dans un sens qui n'est pas habituel dans le langage courant et un élève le dit explicitement. Cet extrait de vidéo montre que les élèves ne répondent pas spontanément à une question en apparence très simple.Cette question les amène à réfléchir sur des termes et des concepts de base pour la suite de l'enseignement : agir, interaction (pour interaction voir la vidéo suivante). Par exemple l'élève 1 remplace agir par tenir (qui tient), il attibue à l'élastique une action, celle de tenir et rejoint ainsi le sens courant du verbe agir qui est associé à une action qui modifie quelque chose.

(Double-cliquez sur la vidéo pour la lancer)

El 1 : Et voilà donc ça là
El 2 :
Ben oui c’est
El 1 :
Ouais c’est ça
El 2 :
quels sont les objets qui agissent sur la pierre ?
El 1 :
(sourire) / ça veut dire quoi agir (?)
El 2 :
ben qui font que
El 1 :
tu vois
El 2 :
ben j’sais pas comment expliquer mais bon qui agissent
El 1 : qui qui qui tient (?) ben (inaud.)
El 2 :
vu que, notion d’interaction
El 1 : cherche pas tu comprends pas non qu’est-ce qui agit ben c’est
El 2 :
si mais qui agit sur la pierre c'est heu ben qui heu j’sais pas comment expliquer moi, si mais si l’élastique enfin y a
El 1 :
Non mais il n’y a pas (inaud) qui agit il y a quoi qui agit, ben il y a le le […]
El 2 : c’est comme si tu prends une balance et que tu mets la pierre dessus qu’est-ce qui agit sur la balance ? ben la pierre