ENSEIGNER
dimanche 19 novembre 2017
icar Vesion anglaise

THEME: 2nde- Element chimique, atome
  -  _ (Anciens programmes)  -  Chimie

Activité 1: transformation n°1

 

1) Comment peut-on reconnaître simplement le cuivre d’autres métaux comme le fer ou le plomb ?

2) Transformation n° 1 : Prendre un petit morceau de cuivre (30 à 40 mg) et l’introduire dans un tube à essais. Ajouter avec précaution environ 1 mL d’acide nitrique (port de lunettes obligatoire, éviter tout contact entre l’acide et la peau).

  1. Observer et décrire les observations.

  2. A quoi peut-on dire que la réaction est terminée ?

3) Pendant que la transformation chimique se déroule, déposer avec une pipette quelques gouttes d’acide nitrique sur la partie brillante d’une lame de fer. Au bout de quelques secondes, rincer la lame de fer à l’eau du robinet. Décrire les observations.


Savoir: transformation n°1

1. L’intérêt est de préparer la reconnaissance du cuivre au point 4. L’important est d’évoquer la couleur, car c’est ce qui permettra de reconnaître le cuivre lors du dépôt d’une solution contenant des ions cuivre sur une lame de fer. Si l’élève peut avoir à sa disposition un échantillon de fer, de plomb et de cuivre, si possible sous la même forme (fil), c’est l’idéal.
2.a. On attend une description de ce qui se passe : dégagement d’un gaz au niveau du cuivre, coloration bleue, vapeurs rousses, et surtout, DISPARITION TOTALE du cuivre. Il faut laisser l’expérience arriver à son terme ; c’est essentiel pour la suite, car l’élève ne doit plus voir le cuivre sous sa forme métallique. La teinte du gaz roux est très légère du fait de la faible quantité de cuivre utilisée. C’est préférable pour la santé de tout le monde…

Corrigé: transformation n°1

1. La couleur rouge-orangée est caractéristique du cuivre métallique.
2.a. Le morceau de cuivre disparaît et il se forme un gaz (incolore près du cuivre et « roux » le long des parois du tube)
b. Il n’y a plus de cuivre et il ne se forme plus de gaz.
3. On voit une tache claire (fer décapé).

Comportement des élèves: transformation n°1

2.a. Pour un élève de ce niveau, une phrase couramment entendue est : « l’acide attaque (ronge) le métal ». Ceci implique que ce n’est pas « le métal qui attaque l’acide ». Ceci est cohérent avec le fait que l’élève voit le métal disparaître, l’acide nitrique ne semble pas être consommé, ce qu’il constate apparemment puisque que le niveau du liquide « acide nitrique » n’a pas changé. Il s’agit d’une conception classique chez les élèves. C’est lorsque l’élève étudiera le modèle de la réaction chimique qu’il pourra comprendre que l’un n’agit pas sur l’autre, mais que les deux réagissent ensemble.
3. Le fait de mettre de l’acide nitrique sur du fer permet aux élèves de ne pas croire que, lors de la transformation suivante (question 4), ce qui est observé est dû à l’acide nitrique. Cette démarche scientifique permet de diminuer l’arbitraire en donnant aux élèves des arguments pour comprendre la situation.