ENSEIGNER
samedi 18 novembre 2017
icar Vesion anglaise

THEME: 2nde- Exploration de l'espace, de l'atome aux galaxies
  -  _ (Anciens programmes)  -  Physique

Activité 3: Une petite histoire du mètre…

 

Jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, les mesures étaient d'une extrême diversité. (…)
Ainsi, il s'était formé, au sein de chaque groupe humain, collectivité territoriale ou corporative, un système de mesures approprié aux besoins du groupe, système souvent homogène si on se plaçait du seul point de vue du lieu ou du métier. Néanmoins, l'ensemble des mesures alors en usage en France peut être considéré comme un "chaos" informe.
La loi du 19 frimaire an VIII, qui avait fixé la longueur définitive du mètre, et adopté comme étalons définitifs le mètre et le kilogramme déposés aux Archives, prévoyait également à son article 4 la frappe d'une médaille. Celle-ci ne fut réalisée qu'après promulgation de la loi du 4 juillet 1837, grâce à un mécène lyonnais, M. Gonon qui fera graver la médaille commémorative portant l'inscription souhaitée par la Convention pour montrer le caractère universel du système métrique : A TOUS LES TEMPS, A TOUS LES PEUPLES.
La 17ème Conférence générale des Poids et Mesures a choisi en 1983, une nouvelle définition du mètre qui devient : "la longueur du trajet parcouru dans le vide par la lumière pendant 1/ 299 792 458ème de seconde". La réalisation du mètre peut atteindre ainsi une exactitude relative de 10-10 ou 10-11.
Ainsi, les conceptions initiales des fondateurs du système métrique ont été respectées : le mètre étalon est naturel, invariable, reproductible en tous temps et tous lieux et ne renferme rien de particulier à aucun peuple.

extraits d’un texte rédigé par Denis Février sur le site du ministère de l’industrie
http://www.industrie.gouv.fr/metro/aquoisert/metre.htm

1. À partir de ce texte dire quelles sont les conditions qui permettent de considérer le mètre comme une unité de mesure partagée par tous.

2. A qui appartient la décision de ces conditions ?

3. Quel est l'intérêt d'avoir abandonné comme référence le mètre étalon au profit d'une définition qui fait intervenir le parcours de la lumière dans le vide ?


But: Une petite histoire du mètre…

Montrer l’évolution de la mesure dans l’histoire et l’intérêt du système métrique.
Revenir sur la notion d’étalon et fixer les conditions pour qu’une unité de mesure puisse être universelle.

Préparation: Une petite histoire du mètre…

Durée: Environ 30 min, corrigé compris.
Disposer d'au moins un dictionnaire dans la salle (ou faire chercher à la maison si on veut gagner du temps)

Comportement des élèves: Une petite histoire du mètre…

Le vocabulaire du texte peut poser problème pour un grand nombre d'élèves d’où la nécessité de proposer l'utilisation en classe de dictionnaires (ou de donner ce texte à chercher à la maison).
Les questions sur les étalons différents entre nous et les anglo-saxons sont fréquentes.

Corrigé: Une petite histoire du mètre…

1. Les conditions qui permettent au mètre d'être considéré comme une unité de mesure partagée par tous : l'étalon doit être naturel, invariable, reproductible en tous temps et tous lieux et ne renferme rien de particulier à aucun peuple.
2. C
'est la conférence générale des Poids et Mesures qui décide de l'adoption d'un étalon.
3. La vitesse de la lumière est une des constantes fondamentales de l'Univers. Définir le mètre à partir de cette constante fait du mètre un étalon qui respecte les conditions ci-dessus : en particulier, contrairement à l'objet "mètre-étalon", la vitesse de la lumière est invariable dans le temps, indépendante des conditions extérieures, et indépendante de tout pays (le mètre-étalon était entreposé en France, ce qui pouvait créer des tensions avec d'autres pays…).